Pas de Demy mesure

Des vêtements pastel unis, des histoires d’amour qui finissent – bien et en chanson – dans la dernière bobine, une insouciance printanière généralisée qui se danse, et même un criminel qui s’appelle Dutrouz…

C’est décidé, je veux vivre dans une comédie musicale…

Post a Comment

Your email is never published nor shared. Required fields are marked *

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
%d blogueurs aiment cette page :