Pas de Demy mesure

Des vêtements pastel unis, des histoires d’amour qui finissent – bien et en chanson – dans la dernière bobine, une insouciance printanière généralisée qui se danse, et même un criminel qui s’appelle Dutrouz…

C’est décidé, je veux vivre dans une comédie musicale…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :