Les aventures urbaines de Coco Passion

Ouverture en FONDU.

EXT. - RUE NEUVE - JOUR

Une armée d'halogènes enlumine un magasin d'une chaîne de magasin de vêtements. C'est la copie carbone de son jumeau à Picadilly Circus, sur les Champs Elysées ou dans la rue piétonne et donc commerçante de Francfort ou Dusseldorf. La sono diffuse ce qui porte aujourd'hui l'étiquette R'n'B. Heureusement, c'est en sourdine.

Une main jeune et bagouzée jusqu'à la paume ferme d'un geste sec le rideau d'une cabine d'essayage.

Casque sur les oreilles, Coco Passion se dandine en rythme devant le miroir. Le reflet est celui d'une "jeune" (guillemets, italiques : toutes les pincettes typographiques sont de mise). De la casquette de travers aux baskets ultra-vieilles (modèle déjà sorti depuis au moins trois semaines...) on ne voit que l'uniforme des Jeunesses Skyrockiennes.

Un Bip Bip électronique retentit discrètement.

Coco Passion pousse sur plusieurs boutons de son Discman en même temps.

Coco Passion (to the point)
Agent C2-15 au rapport.

(à suivre)

1 réflexion au sujet de “Les aventures urbaines de Coco Passion

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :