Le supplice du collier

Jean Cocteau a dit « J’aime les modes parce qu’elles meurent jeunes ».

Si la mode des porte-clefs et des GSMs portés en sautoir à l’extrémité d’un cordon bigarré voire publicitaire pouvait se découvrir un ou deux neurones de mélancolie sous ses mèches blonde platine peroxydées, monter dans une Golf cabriolet tunée, rejoindre les bords d’un canal quelconque, fouiller les poches de son training, avaler une pleine poignée de xanax ou de n’importe quelle autre saloperie du genre et appuyer une dernière fois sur l’accélérateur à la Thelma et Louise…

Ou pas. Une mode pire (j’en frissonne d’anticipation…) pourrait lui succéder.

7 commentaires

  1. Owi owi owi !!!!
    A quand les passages pour piétons qui s’effacent quand j’entre en agglomération ?
    J’en ai marre de m’arrêter tous les 10 mètres, j’ai toujours l’impression que je traverserais la ville plus rapidement à pieds :þ

    PS : PaKal ça s’appelle un talkie walkie ton truc 😉

  2. Il y a cinq ans, je faisait semblant, pour rire, de faire des photos avec mon énorme Gsm de l’époque.
    Il y a 2 mois, je riais en envoyant un sms, rétorquant à un camarade qui me trouvait lent, que j’écrivais un roman par sms.
    Aujourd’hui, plein de gens photographient avec un téléphone et le premier roman par sms sort en Chine.
    (http://www.liberation.fr/page.php?Article=229243)
    Demain je ferai croire à une amie que j’ai une puce électronique sous ma peau et que je peux sortir du supermaché sans passer par une caisse, tout aura été décompté automatiquement.

    Finalement les modes et les genres meurent comme les saisons. Tout a été inventé, ne restent que les variations sur le même thème…
    Bien à vous

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :