Le onze du neuf

C’était un mardi, ici c’était l’après-midi, là-bas c’était le matin. Sans discussion possible le matin le plus important de ce jeune siècle.

Où – Comment :

Ce jour-là, j’étais au rez-de-chaussée du Lozenberg. C’est par le biais d’un bloggeur notoire que j’ai appris la nouvelle. Via un médium finalement assez geek : un canal IRC.

Ma première impression en lisant la phrase : un avion a percuté le WTC sur mon écran a été de penser au sketch de Dennis Leary dans le spectacle No cure for cancer dans lequel il plaisante sur le fait que la dernière personne à avoir reçu une amende pour excès de vitesse à New York doit être le pilote qui est entré en collision avec l’Empire State Building dans les années 30.
dennis leary

Le reste de l’après-midi je n’ai pas beaucoup travaillé, mais j’ai beaucoup surfé sur des sites surchargés. j’ai mis à profit ma connaissance du web pour accéder à une version discrète du site de CNN. L’importance géopolitique de l’événement (entre Pearl Harbour et l’asssinat de JFK m’est apparue assez vite).

Réaction

Le soir, une amie m’a appelé, un peu paniquée. Pour la réconforter, je l’ai emmené voir un film. Pour une fois, le moins qu’on puisse dire est que je n’ai pas fait le difficile, j’ai été voir ce (mauvais) film.

pas vraiment fabuleux

Et vous : où étiez-vous, comment avez-vous appris la nouvelle, comment avez-vous réagi à chaud et par la suite?

15 commentaires

  1. A Miami, dans la salle de bains d’un hotel kitchissime ; arrivée la veille au soir, encore sous le coup du jet lag. Dans la chambre, la télévision est allumée. Pendant quelques secondes, pas plus, je me dis que les images sont celles d’un film catastrophe style ‘La Tour Infernale’. Je sais que ça ne colle pas, que le style n’est pas celui d’une fiction, et qu’il est rare de diffuser ce genre de films à 9h du matin. Je sais tout ça, mais mon cerveau refuse momentanément de tirer les conclusions qui s’imposent, jusqu’à ce qu’il ne soit plus possible de nier l’évidence. A ce moment là, un seul avion a percuté la tour, qui tient toujours debout. On ne sait pas s’il s’agit d’un attentat ou d’un accident. Le ciel est limpide. Je ne crois pas à l’accident.

    On va petit-déjeuner, rapidement, nerveusement, faute de savoir quoi faire d’autre. On revient vite dans la chambre, on rallume la télé. Juste à temps pour voir le deuxième avion percuter la tour, en direct. Et les tours qui s’effondrent, l’une après l’autre.

    Les vacances commencent comme ça.

  2. Via email dans le blockhaus de la salle infortique, une amie m envoyais le premiere photo diffusiée par les presses en ligne…

    Ma première réaction et ma response fur « It happens! » pensant à un « bête » accident…
    Elle m’a téléphoner pour m’engueuler et me dire que même si elle adorait mon humour noir c’était pas drole…

    Et pourtant même après avoir apris les fait au complet je ne suis toujours pas d’accord avec elle… 😉

  3. Au bureau … le dispatcher hurle l’info dans le paysager, 5 minutes plus tard, on était une cinquantaine à regarder CNN dans un silence complet coupé de quelques pieux jurons.
    Et puis, on est tous retournés au turbin: avec tous nos avions collés au sol, on avait de quoi s’occuper !

  4. Ca a commencé par une surcharge soudaine du portail web. Tout le monde voulait aller lire la page « actualités » avec les news Belga. On a d’abord cru « à une attaque »… finalement on était bien en dessous de la réalité.

    Quelqu’un est passé dans le bureau et a dit « un avion s’est écrasé dans New-York ! ». On est descendu dans la cafétariat, tous les yeux rivés sur la VRT ou CNN, je ne sais plus trop…

    J’ai vu la première tour disparaître dans un nuage de fumée. Quelqu’un à côté de moi a demandé « hé mais où est-elle passsée ?! ».

  5. Drôle de coïncidence, le 11/09 ça faisait 11 jours que j’étais rentrée de Newark International airport où j’étais en transit, de retour de Montréal.
    C’est surprenant de se dire que j’aurais pu y être 11 jours plus tard, un peu comme traverser une route au mauvais moment.
    Ce même avion qui a pris feu en avril alors que j’étais à bord, qui n’avait plus de train d’aterrissage, ce même avion qui m’a ramené sans encombre en août et qui aurait pu me coûter la vie en septembre …
    La chance, tout simplement 🙂

  6. Au bureau, comme la maujeure partie des gens. Dans la cafétaria, un poste de télé grand format. Une vague image de fumée. pas très clair. Deuxième passage devant l’écran et la tête médusée de plusieurs personnes scotchées devant l’écran. Je reste. Je repars. Un peu plus tard : deuxième tout touchée. J’ai entendu quelqu’un souffler : « Putain, c’est la troisième guerre mondiale ». Puis des images du Pentagone. Après, tout le monde s’est rué sur les sites d’info et a faot semblant de bosser normalement. Ambiance bizarre entre cynisme, incompréhension et incrédulité…

  7. Au bureau aussi …
    PDM sur cybercafé21 a lancé l’info …
    Ensuite, course au net: cnn, lalibre, le soir … essayer de trouver un site non surchargé pour comprendre ce qui se passait …
    Petit moment de panique aussi …
    1 mois plus tard, je partais au mexique en passant au dessus de NY et washington

  8. J’était en voiture, je l’ai entendu distraitement à la radio, c’est lorsque le soir j’ai vu les images de ces gens sautant par les fenêtres que j’ai realisée. J’ai pleuré a gros sanglots.
    On peut voir des images terribles du point o dans les bonus du DVD: 24 avant la nuit de Spike Lee.

  9. Au boulot, par la radio …
    ma première réaction, à chaud
    à été d’appeler un bon pote que je savais sur le retour des USA cette semaine là et …
    il était passé par NY la veille dans la soirée

    Mon voyage en californie fin-octobre cette année là
    n’a pas été une chose des plus facile à organiser, le coeur n’y était vraiment pas …
    j’était presque soulagé de transiter par chicago cette année là,
    aller savoir pourquoi …

    j’y suis retourné chaque année depuis, mais des choses ont changées dans mon esprit,
    aller savoir, pourquoi …

  10. Moi ça aura été par MSN. Quelqu’un qui se connecte disant « un avion a volé dans une tour du WTC ». Je pensait qu’il blaguait et j’ai alors allumé la télé pour voir le deuxième rentrer dedans…

    Une journée ou il faisait assez chaud je crois. Plus tard dans la journée, je devais aller retrouver des gens en ville et dans le bus j’entendais les gens qui parlait d’hypothèses, pensait tout savoir mieux que les autres…

    Mais hier, je n’ai rien écris sur ce jour la. Même si j’ai été au pied du lieu quelques années après et que j’ai vu l’ampleur des dégâts, je n’ai pas eu envie de participer à ce buzz. Clair, il y a 5 ans. Mais voila, que ce soit 5 ans ou 5 ans et 32 jours, qu’est-ce qui nous empeche de revoir ce moment dans notre tête ? Et tellement de gens qui meurent ailleurs et dont on ne parle même pas. Certes, c’est un massacre dont je me demande bien ce qui pourrais le justifier…

  11. « Marrant » de ressortir ce post. Trois étages plus haut que celui de Baud, on allait voir sur les écrans des plus chanceux qui étaient parvenus à se connecter à CNN ou au site de TF1 ( ou de la chaîne d’information de la même boîte ? ) qui me semble-t-il avait déjà un streaming video.

    Autant que possible on ne se levait pas pour aller au bureau de l’autre, on faisait simplement rouler sa chaise jusque là, évidemment.

    Revoir en boucle l’avion qui s’écrase, là, c’était irréel. Accident improbable. Quelques minutes plus tard le deuxième. Hu-Ho. Fumées noires. Un type saute.

    Mais on s’accrochait à l’aide de quelques bonnes blagues. Rien de cruel, c’est comme ça, et oui, si un avion m’empêchait d’atteindre la sortie de secours parce que tout un étage avait fondu, j’essaierais encore de trouver une bonne blague pour sauver la dignité. ça vaut peut-être mieux que ceux-là qui s’assuraient de bien fermer leurs documents word et de répondre aux derniers mails avant de quitter ce qui reste de leur bâtiment ( authentique, ainsi va les aléas de la panique ou de son absence chez l’homme moderne ).

    L’année suivante pour éviter ces attroupements agités dans les bureaux et permettre aux gens qui le souhaitent de travailler, la direction fit installer la télévision dans la cafette. Afin de nous permettre de regarder la coupe du monde. Et oui …

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :