Le dilemme du Sauna


Soit une femme nue (bien qu’habituellement emballée dans une serviette de bain), membre de la tribu de vos amies, qui tarde à se montrer pour votre troisieme session de 10 minutes dans un sauna plus chaud qu’à l’habitude.

Que faire ?

– Rien (elle prend son temps et une douche, elle ne va pas tarder à venir soupirer de chaleur)
– Tout (enfoncer la porte du vestiaire féminin, fendre la foule des corps plus ou moins dénudés, trouver l’amie évanouie et lui pratiquer de justesse du bouche-à-bouche, du massage cardiaque, vite docteur Benton, 10 milligrammes d’atropine en I.V., on la perd, je vous dis qu’on la perd… tuuuuuuuuuuuuuuuuuuut)
– Quelque chose (frapper à la porte dudit vestiaire, envoyer une éclaireuse membre du groupe sexuel adéquat et donc nantie de la permission de pénétrer en lesdits vestiaires).

Vous auriez-fait quoi vous ?

5 réflexions sur “Le dilemme du Sauna

  1. la dernière fois que j’ai mis les pieds dans un sauna, un homme s’est approché de moi et m’a dit:
    – » tu veux que je te fasse une pipe? »
    – Me levant pour quitter ce lieu hostile: « Non merci, je ne fume pas! »

  2. A ta place, je ne me targuerais pas d’une telle aventure vaguement teintée de sexualité transpirante.
    De 1 : on ne dit pas la « tribu de vos amies » mais « le cercle de mes connaissances féminines ».
    De 2 : on ne dit pas de « l’atropine » mais « un surplus de désir ardent ».

    Un acte de pur onanisme vaut parfois mieux qu’une attente suffocante.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *