Ma télé est en panne

… et je ne sais pas encore s’il s’agit du plus grand malheur ayant frappé l’humanité depuis un certain tsunami ou d’un blessing in disguise d’une ampleur équivalente à un cancer de la voix de Damien Saez, un incendie dévorant le négatif original d’un film avec Etic et Ramzy ou d’une chute d’audimat dans l’escalier pour TF1.

Je n’ai jamais été aussi près de la schizophrénie. Deux Baudouin s’affrontent en moi. L’un des deux, imaginez-le en chemise à rayure et bretelle, façon Dan Rather, mouchoir en papier de maquillage dans le col, tout en GSM, oreillette et connexion. Il tremble à l’idée de louper la partie télé de la couverture média de la mort du pape.

Son adversaire n’a pas les apparences d’un foudre de guerre, mais il cache bien son terrifiant pouvoir. Imaginez-le le espadrille en train de sniffer de l’encens bio au stand Max Havelaar du festival Esperanzah). Il ne voit pas d’un mauvais oeil le fait de vivre quelque temps sans téléviseur. Ses armes sont la lecture, l’écriture, les sorties et le quality time passé avec les amis.

Le rat de newsroom est déjà sur le ring, sûr de lui, sûr de Martini. L’ascète du contre-courant se demande en souriant si le temps joue en sa faveur. Ou pas.

Question subsidiaire : vais-je acheter le Télémoustique de cette semaine ? Ou pas ?

Comments 6