La métaphore du Mexican Grill

mexican grill métaphore

Mexican Grill est le nom d’une chaîne de restaurant. On y débourse un forfait en entrant et en échange on y a le droit de manger de tout sans modération.

Mexican Grill est le nom qui me vient quand je vois la façon dont nous traitons notre pauvre planète. Chez Mexican Grill, rien n’a de conséquences et le gâchis de ressources est quasi la norme. Le serveur vous débarrasse de votre assiette pendant que, petite vessie, vous étiez au petit coin ? Qu’importe ! Il suffit de s’emparer d’une nouvelle assiette, et d’aller se resservir !

Le parallèle avec le gâchis des ressources finies présentes sur cette petite boule bleue qui tourne de moins en moins rond dans la galaxie m’a frappé le crâne avec le même impact qu’un rosé trop frais en fin de barbecue.

Je maintiens mordicus que la montée de la demande chinoise de pétrole et la baisse des capacités résiduelles de production devraient nous inciter à reluquer d’un oeil neuf les devantures des magasins de vélo.

Combien de trajets de moins de 5 kilomètres pour ne transporter que toi-même, gentil lecteur, tendre lectrice ?

8 commentaires

  1. ouaip … sauf que contrairement au mexican grill, sur cette planète, les droits d’accès au « all inclusive » sont vachement différent d’une personne à l’autre … 🙁

  2. A propos de Grill, as-tu vu que la chaîne « Buffalo Gril » a fait l’objet d’un (c)rachat ?

    Ca ne va pas me faire pleurer, vu que je suis veggie, mais bon, un (c)rachat c’est habituellement suivi d’un compression de personnel, etc. Ca en fait des futurs cyclistes.

  3. c’est bon, me suis déjà mise au vélo pour éviter de polluer et faire un peu de sport.
    par contre, toujours pas réussi à convaincre l’Homme que 500 mètres, ça peut se faire à pied.

  4. Va au Club Med dans des « pays pauvres »,… là le parallèle est encore plus frappant puisque le personnel local maigrelet regarde s’empifrer les touristes et débarasse les assiettes à moitié pleines pour laisser de la place sur la table aux assiettes suivantes…

  5. en voiture: zéro. En vélo zéro. Cause le pneumologue à dit: « faire du vélo en ville, avec la pollution ambiante au milieu des bagnoles, c’est suicidaire ». Alors pieds, bus, métro, et campagne de temps en temps. (ah oui, et au fait, je vote baudoin pour les prochaines…)

  6. en voiture: zéro. En vélo zéro. Cause le pneumologue à dit: « faire du vélo en ville, avec la pollution ambiante au milieu des bagnoles, c’est suicidaire ». Alors pieds, bus, métro, et campagne de temps en temps. (ah oui, et au fait, je vote baudoin pour les prochaines…)

  7. J’ai visité l’Ile Maurice, ces hotels fastueux et l’envers du décor, une population vivant sous le seuil de pauvreté que nous n’osons même pas imaginer.
    Pourtant ils sourient, ils ont l’air heureux, ils se débrouillent comme ils peuvent.

    Quant à la tendre lectrice que je suis et qui vient de ranger (à l’ombre s’il vous plait) sa voiture après un trajet de 4 km, elle n’a aucun remord de n’avoir pas du, de ses pauvres petits bras frêles, porter la quantité incroyable de courses que de gentils voraces ne tarderont pas ingurgiter avant la fin de la semaine.
    Non mais … :þ

  8. 1. quand on me debarasse une assiette que j’ai meme pas fini, ca m’enerve
    2. c’est pô top mega bon le mexican grill
    3.la surabondance incite et eduque au gachis et non a une prise de conscience citoyenne sur ce qui nous entour.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :