Bulletin de santé

Ca se bouscule dans mes veines et dans mes artères. C’est simple : j’ai tellement de médicaments dans le sang que j’ai peur qu’une bande de voyous me confonde avec une pharmacie et me rejoue la scène d’ouverture de Nikita. C’est à peine s’il reste un peu de place pour les globules. On y croise des paquets de molécules d’Imodium qui bâtissent des digues à la hâte pour éviter que le Missisipi qui coule dans mes entrailles ne prenne la sortie sud, façon spray (bon appétit si vous surfez à table).

A côté du buffet, on trouve les duettistes en costumes et lunettes noirs, chargés de la protection rapprochée de mon oeil gauche, attaqué par des missiles lancés par la guerilla intégriste du Zona : Aciclovir et Zovirax ophtalmo.

La fête ne serait pas complète sans un peu de Dafalgan (sans ça mettre le pied dehors devient une saga nordique en 13 tomes, et le niveau sonore d’un supermarché m’agresse autant que si c’était un lunapark).

Et ce n’est pas avec nounours mais avec Stilnoct que je vais dormir.

J’oubliais : un peu de magnésium parce que j’en ai marre de ne pas être capable de me concentrer plus de…

Comments 9