G-essaime

Le G c’est un téléphone sans fil dont on demande de couper la sonnerie dans les salles de spectacle. Mais c’est aussi une des 26 lettres…

G-essaime

Tracer la lettre G c’est tracer un ovale ou un cercle, ébaucher la forume d’un visage par exemple, ou d’un réservoir de gaz en forme de sphère (c’est un autre exemple) et y greffer un plongeoir pour se jeter, bonnet de bain en tête, sur la voyelle suivante. Ou la consonne, ça dépend.

Pour quelqu’un qui vit dans ce pays bilingue, cette lettre c’est aussi la prononciation made in Gouda. Ce son quasi intranscriptible mais quand même plus proche du R.

Prononcer un G dans la langue de Molière, c’est devoir choisir entre – accrochez-vous – une consonne fricative post-alvéolaire voisée (cage, cagibi, gibus, géant) ou bien une consonne occlusive vélaire voisée, paraît-il plus dure à prononcer que les autres.

C’est la lettre des géants, des génies, du génôme, du géranium, de la géologie, de la géographie (ça sent la craie de tableau et la blouse de laboratoire) du garage, du gigolo, du giga, du gigot (combo !), du grain, du gras, du gros, du gris, des Grisons, de la guise (duc de), de guingois, de l’archange, des gourous, des Gontran, des Guignols de l’info et d’ailleurs… (à la demande générale, j’ajoute que dans la blogochose, cette lettre évoque un liégeois).

Grave interrogation garantissant la grippe : as-tu un « G » que tu souhaites communiquer au groupe, grand ami lecteur, grande amie lectrice ?

P.S. Démonstration par l’image que le G est aussi l’initiale de Glamour

plongeoir à glamour

8 commentaires

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :