Si J

Le J est cette lettre un peu pompeuse qui commence le Je et qui le fait savoir à grand coups de courbes en dessous de la ligne de flottaison et de barre de maintien horizontale ou de point flottant dans l’éther. Ecrire un J c’est aller à la pèche à l’ego.

si J

Consonne cousine du G, déformation du I, le J n’a qu’une prononciation et demi, ce qui fait des vacances à tout le monde. Le G et le J sont pourtant liés à mort : aucun J dans le verbe « gésir » (ci git…). C’est logique : ce son est produit en étranglant le flux d’air qui vient de se frotter aux cordes vocales.

A part le Je et une flopée de prénoms, les mots ne se bousculent pas au portillon pour débuter par J. Il y a bien quelque jazzmen en jeans qui jouent juste à côté de juke-box pour les jésuites de la jet-set, quelques jeunets joggeurs qui ont mal aux jointures à force de jongler entre les joncs et les jokaris, mais à part eux, il n’y a pas grand’monde…

Je te le demande : y a -t- il un J qui te fasse jouir plus que les autres, lecteur ou lectrice ?

Spread the love

5 réflexions au sujet de “Si J”

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
%d blogueurs aiment cette page :