Le paradoxe de l'antivirus


Après quelques recherches, j’ai fini par découvrir quelque chose qui ressemble fort à un organisme indépendant de certification des anti-virus (des anti-viri ?). Et après examen des résultats scolaires, j’ai fini par découvrir un éditeur d’anti-virus à qui accorder ma confiance.

Et là… la déception. J’ai envie d’employer ce logiciel. J’ai envie qu’il serve à quelque chose. J’ai envie d’être infecté. J’ai envie de voir une attaque virale glisser sur mon bouclier logiciel comme une boulette mouillée de papier maché sur la vitre pare-balles d’une limousine présidentielle blindée jusqu’à l’essuie-glace.

Ceci dit, ne vous sentez pas obligé de m’envoyer I love you,netsky, bagle, troyens et autres vers…

11 avril : Nod32 a stoppé son premier virus. Je suis très fier de lui.

Comments 5