Calling London

D’accord la métropole. Tu m’as eu. Le combat était inégal et j’ai levé le siège après seulement trois jours et deux nuits. Mais je repars avec le souvenir de ton mélange épicé, de tes habitants qui n’ont pas vite peur d’un look, fut-il extrême, de tes couleurs criardes qui doivent être là, je suppose, pour combattre la grisaille de la pluie. Tu m’as trimballé dans ton tube et dans tes bus avant de me chiquenauder dans un Eurostar. Je n’ai pas eu le temps de savoir pourquoi tu m’es mise à manger en français. Je n’ai pas eu l’énergie d’explorer ta vie nocturne. Mais je n’ai pas dit mon dernier mot. Je n’ai pas pris mon dernier train. Il n’y a que 4 degrés de longitude est qui nous séparent. I’ll be back (et cette fois je prendrai mon temps).

1 réflexion au sujet de “Calling London

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :