Comment coiffer son objectif de vente. Ou pas.

Acte 1 : je reçois ceci par mail,envoyé depuis le formulaire :

proposition allechante sur magazine xxxx sante xxxx coiffure 1 page avec publi-reportage a 2770 EUROS soit possibilite plan medias bouclage dans 5 jours

Mon Tel 01 XX XX XX XX KXXXX Sxxxx Appelez moi vite

(à part masquer l’identité de ma correspondante, je n’ai pas changé, ajouté ou retranché quoi que ce soit…)

Acte 2 : 21 minutes et 53 secondes de Skype queje n’ai hélas pas enregistrées. Si j’avais su…

C’est un magazine (de publirédactionnel) de coiffure. Mon interlocutrice semble penser que je rêve de me séparer de 2770 euros en échange d’une page de publirédactionnel dans son canard. Après un combat vaillant, je déplace le combat sur le terrain de l’écrit : « envoyez-moi votre bon de commande ».

Acte 3 je reçois ceci :

bon de commande

(PDF full-size disponible sur demande)

Acte 4 : je répond ceci :

Chère Sxxxx,

après mûre réflexion, je vous annonce que je peux certes me situer du côté des fournisseurs de texte (des journalistes indépendants, des pigistes, si vous préférez) pour Xxxx Coiffure (pourquoi pas après tout…).

Mais ce n’est pas dans le sens que vous souhaitez que je vois le flux financier d’une hypothétique relation professionnelle entre Xxxx Coiffure et moi.

Je ne vous donnerai ni 2770 euros, ni même 1250 euros pour figurer dans votre publication.

Je répète : j’ai décidé de ne pas passer commande.

J’ai placé ces images gratuitement en ligne. Grâce aux moteurs de recherche elles ont leur petit succès. Libre à vous d’essayer d’en reproduire une coiffure si ça vous chante. Gratuitement (soyez gentille de m’envoyer une photo avant/après si vous passez à l’acte).

Les quelques liens publicitaires que je place sur mon blog me rapportent de quoi financer le nom de domaine et une partie des frais d’hébergement. Si vous souhaitez me sponsoriser, ma porte et ma bourse vous sont ouverts.

Ma démarche de bloggeur n’étant pas commerciale et mon nom de famille n’étant pas Rockfeller, je ne vous confierai donc pas cette somme.

Mon blog restera accessible gratuitement. Vous pourrez le consulter tous les jours, gratuitement si vous le souhaitez. Et je continuerai d’y placer du contenu de la même qualité, gratuitement.

Je ne doute pas un seul instant que votre enthousiasme verbal parviendra à remplir votre magazine de pages de publirédactionniel.

Je vous souhaite une bonne journée.

Baudouin

P.S. Je compte narrer notre échange sur mon blog. N’hésitez pas à le consulter et à réagir si le coeur vous en dit. C’est gratuit.

Un commentaire

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :