Je recherche…

je recherche...

Une annonce. 23 mots. 15 fautes (j’en ai oublié une ?). A part « je », « recherche », « pour » (2 fois), chaque mot comporte une erreur lexico-grammaticale. Je vous laisse relire et imaginer la même annonce en Vrai-Français™

Dans cette annonce, la syntaxe est malmenée, violée, rouée de coups et laissée pour morte dans une ruelle sombre, abandonnée et humide. On se croirait au début d’un épisode de Law & Order réalisé par David Fincher.

Dans cette annonce, les mots sont amputés de l’une ou l’autre lettre, passés au mixer, réduits à leur plus simple expression. Le Robert passe devant l’affiche en faisant semblant de ne pas les reconnaître.

Oui mais… Est-ce que la littérature du 22ème siècle sera conçue dans cette graphie ? Est-ce que la langue est en train de muter ? Est-ce que les SMS et l’un ou l’autre défaut dans le système scolaire ont créé un fossé entre une génération qui, accord du participe passé mis à part, maîtrise le langage et donc la pensée et la génération suivante pour qui ce type de façon d’écrire est « normal »? Et si cette façon d’écrire est ce qui nous attend, qu’est-ce que cela signifie pour ceux d’entre nous dont le job est d’écrire ? Quand est-ce que je passe du Vrai-Français™ à cette nouveau langage ?

Déjà dans l’Egypte des Pharaons, de vieux cons trouvaient que la jeunesse de l’époque était inculte… Mais là, je me demande 1) si la personne qui a écrit cette annonce parle le même langage que moi 2) si elle est capable d’écrire en Vrai-Français™ si nécessaire…

11 commentaires

  1. C’est comme la jeune blogueuse que j’avais en animation la semaine dernière qui me demandait si j’allais corriger l’orthographe de son article rédigé pour BlogoMag alors qu’elle l’écrivait en langage SMS …

    euh..

  2. Et si cette façon d’écrire est ce qui nous attend, qu’est-ce que cela signifie pour ceux d’entre nous dont le job est d’écrire ? Quand est-ce que je passe du Vrai-Français™ à cette nouveau langage ?

    >C’est justement la question que je me pose avec angoisse…

  3. « Que la langue évolue, c’est normal, un français du Moyen-Âge aurait aussi du mal à nous lire…  »

    Ici, c’est une évolution à contre-sens. La sémantique est remplacée par de la phonétique.

    Sans vouloir dramatiser, je crois qu’on s’achemine vers pas mal de problèmes : comment voulez-vous faire la distinction entre un futur simple et un conditionnel dans ces conditions ? Le kikoo-lol sera bien feinté quand il aura signé un contrat où une simple possibilité sera comprise comme une certitude…

    Un exemple simple : quelqu’un laisse une note à un collègue : « à payer ». Le kikoo-lol ne sera pas capable de faire la différence entre « à payer » et « a payé ». « Ok, c payer, c bon », dira-t-il.

    LOL.

  4. G 62 zan é cui konsternée tous les jours par cet appauvrissement du language. Les jeunes sont d’une autre planète, les moins jeunes veulent les imiter et je me bats contre moi-même pour ne pas me laisser contaminer par certaines expressions toutes faites qui en 3 mots remplacent ce que l’on pourrait dire en dix en se creusant un peu la cervelle, mais ma matière grise est en voix d’extinction pour beaucoup.
    bonne journée (et pas à +) j’ai horreur de celle-ci.

  5. Je me dis qu’il s’agit peut-être d’une personne étrangère se débrouillant un peu en français. J’ai mal aux yeux devant de telles fautes d’orthographe car pendant mes études, depuis la première primaire jusqu’en dernière année d’études supérieures, le bon usage du français écrit avait une importance toute particulière. Maîtriser le français écrit induisait une notion de respect envers celui qui lirait les phrases; mais il faut se rendre à l’évidence et cesser d’être (trop) traditionnaliste: la langue française est vivante et elle doit se développer, évoluer. Disons que le sms, les commentaires de skyblogs, de blogs et la facilité d’expression amenée par tous ces outils publics laissent la langue perdre de ses belles formes, mais donne un avantage grandiose à la démarche de Communication (même si on a parfois du mal à comprendre). Maintenant, il est évident que depuis plusieurs années, l’enseignement devrait être moins tolérant avec les fautes d’orthographe, après la 5ème primaire, il serait normal de maîtriser relativement bien les notions d’orthographe grammaticale, afin d’être à même d’améliorer doucement l’orthographe lexical.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :