La petite sirène

la petite sirene

C’est l’automne : sale temps pour les sirènes. Soulevées hors de la mer, portées par le vent qui écornent les arbres, elles finissent par tomber sur le trottoir, comme les feuilles mortes.

Rest in peace ma belle, il y a fort à craindre que tu ne passes pas l’hiver en face du Delhaize Chazal.

la petite sirene

Un commentaire

  1. Pour une fois, ce n’est pas l’ambulance qui aura besoin d’une sirène mais bien cette sirène qui aurait besoin d’une ambulance.

    Et si la créature rejoins les cinq autres reines à l’hopital des rêves, elles seront six reines.
    Et elles chanteront à nouveau à rendre fous les marins et les marrants.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :