Willy Ronis


Un grand shout-out à Willy Ronis, un photographe (cuvée 1910) de l’école des Doisneau et Cartier-Bresson qui présente par rapport à eux la caractéristique d’être toujours vivant.

Si seulement ce virtuose de l’obturateur avait été à côté de moi hier soir pour m’aider à capturer sur carte-mémoire le spectacle des flocons de neige, éclairés par les réverbères bruxellois…

2 commentaires

Répondre à required Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :