La question du prisonnier

Hier, débat sur les peines incompressibles, la peine de mort etc. Et en regardant ce débat, je me suis posé la question suivante : si un prisonnier qui n’a pas le droit de sortir de sa prison subit une mutation personnelle ou un repentir et décide de contribuer d’une façon positive à la société, quels sont les moyens qu’il pourrait utiliser ?

On se fait un brainstorming dans les commentaires ?

6 commentaires

  1. Puisqu’il manque souvent de personnel et de moyens pour entretenir les prisons…ils peuvent sans doute commencer par un bon coup de torchon, une petite vaisselle, une lessive et un peu de repassage…??? Je le fais bien dans ma maison sans avoir tué personne… alors pourquoi pas eux ?
    ça aiderait la société en allègeant ces dépenses là non ???
    y m’énerve ton post, Baud
    d’ailleurs, y m’énerve ce sujet…
    😉

  2. Qu’il prenne un papier, un crayon, qu’il aille a la bibliotheque et , puisqu’il est au calme, qu’il etudie…
    Tu ne peux pas savoir le nombre de prisonniers qui ont obtenus jusqu’a des doctorats alors qu’ils etaient en taule.
    Et l’interet du doctorat, c’est qu’il constitue une avancee technologique dont beneficie toute la societe.

  3. Un travail de thèse constitue le résultat d’une recherche inédite mandatée par un établissement public affilié à un ministère de recherche. Donc, décrocher un doctorat, c’est avoir rendu un service d’ordre scientifique à la societe. Maintenant, monsieur Fritz P, si tu nous disais ce qui te fait rigoler, la dedans?

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :