"Je dois en parler à la maison-mère"

Dans toutes les salles de réunion du monde, cette phrase est prononcée avec une boule dans la gorge et un Niagara de sueur qui coule entre les omoplates, un noeud de cravate Kenzo déserré, la chemise Arrows humide comme la mousson. Cette phrase se prononce avec un regard en coin à travers la vitre fumée en direction du parking, de l’extérieur, du monde libre.

« Je dois en parler à la maison-mère », c’est la porte de sortie honorable, le moyen de sauver la face, le bouton « Escape » des réunions, le parachute ventral du commercial qui tombe sur un client trop coriace, du fournisseur qui avale sa salive de travers , pris entre le marteau des objectifs de vente et l’enclume des demandes de rabais.

Mais le secret le mieux gardé à propos de la phrase « Je dois en parler à la maison-mère », c’est que les discussions promises, se passent ici :

je dois en parler a la maison mere

5 commentaires

  1. Pour les 2 dernières lignes…je sais pas… mais les 9 premières sont criantes de vérité !!! Beau parlage! J’adore l’idée de marteau et d’enclume. Ce profil correspond tout à fait à celui des délégués commerciaux que je vois défiler ( côté enclume of course!)
    PS : y’a un copyright sur la tirade ?

  2. je n’ai rien contre les commerciaux, mais faut bien reconnaître que ce ne sont pas des gens comme nous. sans parler du bruit et des odeurs.

  3. je voudrais savoir si il son entrene de batir une entreprise ( magasin ) jules a mouscron et je voudrais bien avoir les coordonais de cette entreprise pour un travail cher eux merci d’avance

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :