17 mai 2005, au Fou chantant…

17 mai 2005, je partage un verre au fou chantant. C’est un moment de ma vie où tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes. Pourtant à ce moment là, comme le reste de la journée, je traîne une migraine d’origine non identifiée.

17 mai 2006, je passe la journée à convalescer. La veille, je me suis rendu à une soirée de publicitaires à Lille. C’était enfumé. Les publicitaires français que j’ai croisés m’ont fait l’impression d’être superficiels et prétentieux… à vomir. Ce dont je ne me suis pas privé, à plusieurs reprises au retour. Sur la bande d’arrêt d’urgence et Chaussée d’Alsemberg si ma mémoire est bonne.

2mm, très calcaire et tres espiegle pour son âge

17 mai 2007 : un jeudi de l’ascension qui s’annonce meilleur que le mardi et le mercredi qui l’ont précédé. Je commence cette journée en pissant la petite chose calcaire et espiègle qui me tiraille les entrailles depuis mardi matin. Toujours pas moyen d’avaler quoi que ce soit, même juste un peu d’eau sucrée, sans voir repasser ce que je viens d’avaler. J’ai vomi aussi souvent en deux jours qu’en dix ou quinze ans.

Là ou ça commence à devenir croustillant, c’est que le 17 mai c’est… mon anniversaire. Apparemment, c’est la date que choisit mon corps pour me faire de petites farces.

17 mai 2008 : je booke déjà une chambre à Erasme ou Saint-Luc pour la semaine, histoire d’anticiper ou bien je trouve le noeud et je le dénoue même s’il est bien serré ?

Comments 6