Entre de bonnes mains

Nous sommes dans les bureaux d’une maison d’édition. Le panneau lumineux au-dessus de la porte vient de passer de DefCon 2 à DefCon 3. L’urgence typographique qui m’appelait est éteinte, le manuscrit que l’imprimeur attend en regardant sa montre n’est presque plus incandescent d’urgence. My work here is done.

Et au moment de mon départ, voici un échange dont je suis le sujet :

– A : Mais tu es sa mère ou quoi ?

– V : Pire, je suis son éditeur !

Le boulot d’éditeur consistant non pas à imprimer du papier mais à gérer des relations, me voilà rassuré sur l’avenir de ma progéniture littéraire.

Comments 5