Rue des pittas : édition équinoxe

Pour lui, tout a commencé par une nuit d’équinoxe, le long d’une rue à pittas, alors qu’il cherchait un raccourci vers la sortie qu’il ne trouva jamais. Cela a commencé par un tournage RTBF à l’heure du souper, et par un homme que le manque de nourriture avait rendu trop las pour continuer sa route. Cela a commencé par l’atterrissage d’une Sybille, venue d’une file d’attente de boîte de nuit et qui tenait absolument à échanger l’achat d’un cheeseburger contre le droit de pisser. Cela a continué par une discussion sur l’étymologie des prénoms. Cela a eu lieu sous le regard de deux sages (?) femmes à carte de visite rouge… Maintenant, David Vincent sait que la convivialité et l’hospitalité existent à l’état pur, qu’ils ont pris forme humaine, et qu’il lui faut convaincre un monde incrédule que, dans la Pittastraat, la nuit d’équinoxe a déjà commencé.

Il suffisait de regarder dans le ciel et sur un calendrier pour avoir un début d’explications aux événements de cette nuit là… C’était à la fois la nuit de l’équinoxe et presque une nuit de pleine lune.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :