Rue des pittas : édition équinoxe

Pour lui, tout a commencé par une nuit d’équinoxe, le long d’une rue à pittas, alors qu’il cherchait un raccourci vers la sortie qu’il ne trouva jamais. Cela a commencé par un tournage RTBF à l’heure du souper, et par un homme que le manque de nourriture avait rendu trop las pour continuer sa route. Cela a commencé par l’atterrissage d’une Sybille, venue d’une file d’attente de boîte de nuit et qui tenait absolument à échanger l’achat d’un cheeseburger contre le droit de pisser. Cela a continué par une discussion sur l’étymologie des prénoms. Cela a eu lieu sous le regard de deux sages (?) femmes à carte de visite rouge… Maintenant, David Vincent sait que la convivialité et l’hospitalité existent à l’état pur, qu’ils ont pris forme humaine, et qu’il lui faut convaincre un monde incrédule que, dans la Pittastraat, la nuit d’équinoxe a déjà commencé.

Il suffisait de regarder dans le ciel et sur un calendrier pour avoir un début d’explications aux événements de cette nuit là… C’était à la fois la nuit de l’équinoxe et presque une nuit de pleine lune.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :