Bistronomique (ou la fin du sketch de l’addition)

bistronomics

Le concept de “bistronomics” a été lancé par Stowe Boyd, je ne fais que partager avec la partie francophone d’Internet.

Or donc, pour que le moment de l’addition ne vienne pas apporter une coda tout en glissando à un repas tout en convivialitude, la recette est la suivante :

– Il est notifié aux convives avant l’apéritif que le règlement se fera sous le régime “bistronomique”.
– Une personne (”la banque”) paie le montant total de l’addition au restaurant.
– Le reste des convives, sans addition, division, soustraction ou spéculation à voix haute, fait parvenir à la banque une certaine somme, qu’ils estiment juste, en se basant sur les chiffres imprimés à droite du nom des plats sur le menu.
– …C’est tout ! Pas de bataille de chiffonniers, pas d’affrontement idéologiques entre ceux qui préfèrent payer leur quote-part et ceux qui divisent la douloureuse par le nombre de convives.

2 commentaires

  1. J’ai lu récemment un article sur une boulangerie US où le client paye ses achats en glissant directement de l’argent dans une urne après s’être servi lui-même; d’après le patron, il n’y perd pas, il a même tendance à gagner 3% de plus qu’avec un système traditionnel.
    Il dit que, si il y a probablement des indélicats qui resquillent en payant trop peu, voire rien du tout, d’autres clients n’ayant pas la monnaie juste mettent un billet d’un montant plus élevé.

    Je dois dire qu’en Belgique, j’ai un gros doute sur la viabilité du système ….

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :