Message in a bottle

Et si, je me disais l’autre jour après avoir entendu une programmation musicale appropriée, et si la femme des “yeux revolver” (Marc Lavoine) et la “femme libérée” (Cookie Dinger) était une seule et même personne. Je me rends compte que ce serait la femme parfaite. Je me rends compte que ce serait une femme avec deux faces A, avec, par exemple Day Tripper d’un côté et We can work it out de l’autre.

Une femme pareille, je mettrais environ trente secondes à craquer pour elle, 30 jours pour la revoir et trente ans sans la quitter. Mettez-vous à ma place : une luciole souriante qui est aussi belle à l’intérieur qu’à l’extérieur, on en croise une par vie, quand on a la chance d’un multi-euromillionnaire. Un exemplaire unique, doré à l’or fin qu’on a envie de couvrir de croissants au lit, de soie sauvage et de baisers passionnés. Quelqu’un avec qui la conversation ne s’arrêterait jamais. Quelqu’un dont on pourrait dire « she was never boring because she was never bored ».

Cette femme existe, je l’ai rencontré. La seule question importante à l’heure actuelle est bien entendu : est-ce que elle, elle m’a rencontré ?

7 commentaires

  1. Bah toute participation est acceptée, la tranche de « deux heures » est une recommandation, pas une obligation !

    (C'est marrant Baudoin, à moi les paroles de ces deux chansons ne renvoient pas du tout une image positive. Comme quoi…)

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :