Facebook, Twitter, etc. : y a pas marqué “S.O.S. Détresse Amitié”

Cette nuit, j’étais un peu malade, je n’avais pas le moral et je ne trouvais pas le sommeil. Vers une heure du mat’, après avoir écarté l’idée du 50/50, je me suis dit que faire appel à un ami serait peut-être une bonne idée. A première vue, c’est pas comme si j’en manquais : mes amis-facebook et mes twitto-followers sont des nombres à trois chiffres. Mon GSM regorge de numéros et pourtant…

Je ne l’ai pas fait.

Je n’ai pas balancé ni tweet “je ne vais pas bien, y a quelqu’un ?”, ni statut facebook du même genre. J’ai laissé mon GSM tranquille. Pour plusieurs raisons : primo, je n’allais pas mal à ce point, deusio : big Google is watching me, je n’avais pas spécialement envie d’ajouter cet aveu de faiblesse à mon casier, troisio et plus importanto, les perfectionnements technologiques c’est bien, la vraie chaleur humaine, c’est mieux.

Facebook a dévalué le sens du mot “ami”. Facebook est une zone dans laquelle on partage uniquement ce qui est autorisé par la pudeur et la prudence. Les vrais sentiments, les vraies crises sont camouflés. C’est pas ce camouflage qui va convoquer la cavalerie.

La prochaine fois que je me retrouve dans une situation comparable, qu’est-ce que je fais ? A quoi servent exactement ces outils de mise en relation à distance s’ils se dérobent sous nos pas au moment où ce qu’un membre ressent, c’est plus que l’envie d’une papote sans conséquences, mais le besoin de sympathiser au sens étymologique : partager la douleur ?

Pas la peine de m’envoyer une ambulance : je vais mieux qu’au moment où je regardais mon GSM sans y trouver avec certitude le nom de quelqu’un qui me donne assez d’importance pour supporter d’être réveillé par mes états d’âme (Eric), mais je ne sais toujours pas ce que je ferai la prochaine fois que j’irai au moins aussi mal…

Question subsidiaire : pourquoi est-ce que dans ce post, je ne crache qu’à moitié mes états d’âme ? Pourquoi, tant que j’y suis, est-ce que je ne partage pas avec le groupe ce qu’il y avait derrière mon coup de blues ?

40 commentaires

  1. c'est la raison mon ami, la raison qui l'emporte. Et peut-être la faiblesse aussi. On se dévoilera vraiment entièrement une fois qu'on aura notre propre puce sous l'épiderme et où des nanos-robots nous aideront à vivre en contrepartie d'un dévoilement de notre vraie personnalité.
    nous sommes de faibles, faibles geeks.

  2. c'est la raison mon ami, la raison qui l'emporte. Et peut-être la faiblesse aussi. On se dévoilera vraiment entièrement une fois qu'on aura notre propre puce sous l'épiderme et où des nanos-robots nous aideront à vivre en contrepartie d'un dévoilement de notre vraie personnalité.
    nous sommes de faibles, faibles geeks.

  3. c'est la raison mon ami, la raison qui l'emporte. Et peut-être la faiblesse aussi. On se dévoilera vraiment entièrement une fois qu'on aura notre propre puce sous l'épiderme et où des nanos-robots nous aideront à vivre en contrepartie d'un dévoilement de notre vraie personnalité.
    nous sommes de faibles, faibles geeks.

  4. tout a fait d accord avec toi sur la reflexion sur les nouveau réseaux sociaux. on a jamais eu autant de connaissances/copains mais entre un copain et un ami il y a une fameuse marge

  5. tout a fait d accord avec toi sur la reflexion sur les nouveau réseaux sociaux. on a jamais eu autant de connaissances/copains mais entre un copain et un ami il y a une fameuse marge

  6. tout a fait d accord avec toi sur la reflexion sur les nouveau réseaux sociaux. on a jamais eu autant de connaissances/copains mais entre un copain et un ami il y a une fameuse marge

  7. de la solitude… Une envie d'être moins seul?
    Ou peut-être une prise de conscience de l'absurdité du terme « amitié » utilisé sur ces sites?
    La preuve… Nous sommes « amis » sur facebook et nous ne nous connaissons même pas!
    Les vrais amis, ceux sur qui on peut vraiment compter, sont sûrement proches de vous…
    Mais je sais que, la nuit, le vâgue à l'âme prend le pas sur le positivisme et occulte les pensées… Nous laissant seul avec une impression d'intime solitude!

  8. de la solitude… Une envie d'être moins seul?
    Ou peut-être une prise de conscience de l'absurdité du terme « amitié » utilisé sur ces sites?
    La preuve… Nous sommes « amis » sur facebook et nous ne nous connaissons même pas!
    Les vrais amis, ceux sur qui on peut vraiment compter, sont sûrement proches de vous…
    Mais je sais que, la nuit, le vâgue à l'âme prend le pas sur le positivisme et occulte les pensées… Nous laissant seul avec une impression d'intime solitude!

  9. de la solitude… Une envie d'être moins seul?
    Ou peut-être une prise de conscience de l'absurdité du terme « amitié » utilisé sur ces sites?
    La preuve… Nous sommes « amis » sur facebook et nous ne nous connaissons même pas!
    Les vrais amis, ceux sur qui on peut vraiment compter, sont sûrement proches de vous…
    Mais je sais que, la nuit, le vâgue à l'âme prend le pas sur le positivisme et occulte les pensées… Nous laissant seul avec une impression d'intime solitude!

  10. Le fait de dire « amis » sur Facebook n'entend pas le mot amitié… Je l'utilise pour regrouper toutes les personnes que je connais. Tant véritable ami, que rencontre professionnelles, qu'ex collègue. Le contact se garde comme cela (enfin c'est une manière comme une autre).

    Mais c'est vrai que si tu l'entends au terme premier, Facebook a gaché ce mot. Dommage.

  11. Le fait de dire « amis » sur Facebook n'entend pas le mot amitié… Je l'utilise pour regrouper toutes les personnes que je connais. Tant véritable ami, que rencontre professionnelles, qu'ex collègue. Le contact se garde comme cela (enfin c'est une manière comme une autre).

    Mais c'est vrai que si tu l'entends au terme premier, Facebook a gaché ce mot. Dommage.

  12. Le fait de dire « amis » sur Facebook n'entend pas le mot amitié… Je l'utilise pour regrouper toutes les personnes que je connais. Tant véritable ami, que rencontre professionnelles, qu'ex collègue. Le contact se garde comme cela (enfin c'est une manière comme une autre).

    Mais c'est vrai que si tu l'entends au terme premier, Facebook a gaché ce mot. Dommage.

  13. C'était surtout cela que je voulais dire… Ce n'est pas à mon sens, le terme qui aurait dû être utilisé par facebook…
    C'est tout…
    Bonne soirée

  14. C'était surtout cela que je voulais dire… Ce n'est pas à mon sens, le terme qui aurait dû être utilisé par facebook…
    C'est tout…
    Bonne soirée

  15. C'était surtout cela que je voulais dire… Ce n'est pas à mon sens, le terme qui aurait dû être utilisé par facebook…
    C'est tout…
    Bonne soirée

  16. J'évite FB et MS comme la gale: ces sites s'approprient tout ce que tu y postes, c'est dans leur fineprint…

    Du coup, je participe à une ML privée ou une dizaine de kons comme moi se retrouvent et s'épanchent loin du tumulte anonyme des foules du ouèbe2.

    Des fois, nous avons l'opportunité de nous retrouver IRL, et, comme nous nous connaissons quand même via cette intangible intimité que nous partageons, nous sommes contents du voyage.

    C'est une bande d'amis virtuels, donc.

    Si ça ne suffit pas, j'ai Madame, toujours là et jamais lasse.

    Si je suis au boût du rouleau, je vais courir une heure, qu'il pleuve, vente ou grèle, à m'en faire péter les ménisques.

    Quand tu as laissé 12 km de sueur et de mauvaises énergies derrière toi, tu t'endors avec une satisfaction authentique.

  17. J'évite FB et MS comme la gale: ces sites s'approprient tout ce que tu y postes, c'est dans leur fineprint…

    Du coup, je participe à une ML privée ou une dizaine de kons comme moi se retrouvent et s'épanchent loin du tumulte anonyme des foules du ouèbe2.

    Des fois, nous avons l'opportunité de nous retrouver IRL, et, comme nous nous connaissons quand même via cette intangible intimité que nous partageons, nous sommes contents du voyage.

    C'est une bande d'amis virtuels, donc.

    Si ça ne suffit pas, j'ai Madame, toujours là et jamais lasse.

    Si je suis au boût du rouleau, je vais courir une heure, qu'il pleuve, vente ou grèle, à m'en faire péter les ménisques.

    Quand tu as laissé 12 km de sueur et de mauvaises énergies derrière toi, tu t'endors avec une satisfaction authentique.

  18. J'évite FB et MS comme la gale: ces sites s'approprient tout ce que tu y postes, c'est dans leur fineprint…

    Du coup, je participe à une ML privée ou une dizaine de kons comme moi se retrouvent et s'épanchent loin du tumulte anonyme des foules du ouèbe2.

    Des fois, nous avons l'opportunité de nous retrouver IRL, et, comme nous nous connaissons quand même via cette intangible intimité que nous partageons, nous sommes contents du voyage.

    C'est une bande d'amis virtuels, donc.

    Si ça ne suffit pas, j'ai Madame, toujours là et jamais lasse.

    Si je suis au boût du rouleau, je vais courir une heure, qu'il pleuve, vente ou grèle, à m'en faire péter les ménisques.

    Quand tu as laissé 12 km de sueur et de mauvaises énergies derrière toi, tu t'endors avec une satisfaction authentique.

  19. Réponse possible à la question subsidiaire :
    Parce que tu préfères que des vrais amis se manifestent, dans la vraie vie, pour leur raconter tout ce que tu as sur le cœur… ?

  20. Réponse possible à la question subsidiaire :
    Parce que tu préfères que des vrais amis se manifestent, dans la vraie vie, pour leur raconter tout ce que tu as sur le cœur… ?

  21. Réponse possible à la question subsidiaire :
    Parce que tu préfères que des vrais amis se manifestent, dans la vraie vie, pour leur raconter tout ce que tu as sur le cœur… ?

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :