"Un talon-aiguille Christian Louboutin à travers le coeur" (Pluviose 217, ép. 15)


… ça faisait longtemps que je n’avais plus mis un paragraphe-échantillon en vitrine. Est-ce que je suis le seul à penser que :

La femme d’affaires sort, nue, d’une des salle de bains du Hilton. Elle glisse ses seins dans un luxueux soutien-gorge et ses jambes dans un porte-jarrette, tous deux achetés la veille. Elle s’inspecte sous toutes les coutures dans un miroir en pied. Ainsi accessoirisée, elle ferait bander une statue de marbre, même grecque.

est racoleur juste ce qu’il faut ?

Pour savoir si la suite de cet épisode est du même tonneau, ça se passe ici.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :