Harlequinades 2009 : Souvenir d’une nuit d’été – chapitre 2/12

harlequinade

Résumé du chapitre précédent : un journaliste-baroudeur s’est dit “nous avons forniqué sur une plage il y a neuf mois, si j’allais lui dire bonjour ?”

souvenir d'une nuit d'été

* comment annoncer qu’elle est enceinte au lecteur :

Enfin si je tiens le coup jusque-là” pensa-t-elle en caressant son ventre rebondi. »

* combien de phrases pour traiter de la problématique des mères célibataires ?

Mais, lorsqu’elle s’était retrouvé sur la table d’examen, l’amour maternel qui s’est éveillé en son coeur avait été plus fort que tous les arguments raisonnables.

– 25 mots et c’est plié !
– Au milieu des années 90, deux inconnus qui “se donnent l’un à l’autre” comme on dit dans ce genre de pages n’ont recours à aucune contraception. Etonnant, non ?

* comment annoncer à son coup d’un soir que c’est lui le père :

-Neuf mois ?
Slade s’assit sur le bord du bureau. Il n’était plus du tout certain que ses jambes pouvaient le porter.
– Mais alors, ce bébé, c’est…
– Le vôtre, acheva Sheila

– Cette pétasse ne reconnaît pas sa participation et ne dit pas “le nôtre”.
– C’est juste moi ou un subjonctif aurait été bienvenu ?

* La dernière phrase :

Pas d’erreur, elle était en travail. Pour de bon, cette fois-ci.

A votre avis, que va -t- il se passer dans le prochain chapitre ?

Un commentaire

  1. « Pas d’erreur, elle était en travail. Pour de bon, cette fois-ci. » alors ce qui va se passer la prochaine fois? ben si c'est en Wallonie elle a droit au chômage, non?

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :