Harlequinades 2009 : Souvenir d’une nuit d’été – chapitre 2/12

harlequinade

Résumé du chapitre précédent : un journaliste-baroudeur s’est dit “nous avons forniqué sur une plage il y a neuf mois, si j’allais lui dire bonjour ?”

souvenir d'une nuit d'été

* comment annoncer qu’elle est enceinte au lecteur :

Enfin si je tiens le coup jusque-là” pensa-t-elle en caressant son ventre rebondi. »

* combien de phrases pour traiter de la problématique des mères célibataires ?

Mais, lorsqu’elle s’était retrouvé sur la table d’examen, l’amour maternel qui s’est éveillé en son coeur avait été plus fort que tous les arguments raisonnables.

– 25 mots et c’est plié !
– Au milieu des années 90, deux inconnus qui “se donnent l’un à l’autre” comme on dit dans ce genre de pages n’ont recours à aucune contraception. Etonnant, non ?

* comment annoncer à son coup d’un soir que c’est lui le père :

-Neuf mois ?
Slade s’assit sur le bord du bureau. Il n’était plus du tout certain que ses jambes pouvaient le porter.
– Mais alors, ce bébé, c’est…
– Le vôtre, acheva Sheila

– Cette pétasse ne reconnaît pas sa participation et ne dit pas “le nôtre”.
– C’est juste moi ou un subjonctif aurait été bienvenu ?

* La dernière phrase :

Pas d’erreur, elle était en travail. Pour de bon, cette fois-ci.

A votre avis, que va -t- il se passer dans le prochain chapitre ?

1 réflexion au sujet de « Harlequinades 2009 : Souvenir d’une nuit d’été – chapitre 2/12 »

  1. « Pas d’erreur, elle était en travail. Pour de bon, cette fois-ci. » alors ce qui va se passer la prochaine fois? ben si c'est en Wallonie elle a droit au chômage, non?

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
%d blogueurs aiment cette page :