Harlequinades 2009 Souvenir d'une nuit d'été chapitre 3/12

harlequinades

Résumé : Slade, journaliste qui a arreté de fumer à cause de la guerre en Bosnie a, il y a exactement neuf mois, tiré un coup sur une plage avec Sheila, une chaudasse qu se trouve être gynéco. Disette sexuelle ou miraculeux hasard narratif, au chapitre 1 il renoue le contact. Comme on est dans la collection Harlequin Superpapa, Sheila est en cloque.

souvenir d'une nuit d'été

* Ne gaspilllons pas plus de deux paragraphes pour insulter l’intelligence de la lectrice

Les contractions se succédaient avec force et régularité. Rien à voir avec la fausse alerte de la semaine dernière.
Sheila regarda vers la porte. La tentation état grande de courir après Slade. Mais non, elle n’avait aucune raison de revenir sur son premier mouvement. Elle achèverait seule ce qu’elle avait commencé seule
.”

  • Or donc, une parturiente peut envisager de courir entre deux contractions? (“ La tentation état grande de courir”). Ca explique le nombre élevé d’accouchements sur la piste pendant les finales olympiques du 110 mètres haie féminin…
  • “Ce qu’elle avait commencé seule.” Mon prof de biologie de deuxième secondaire ou Marie Ferrarella : un des deux m’a raconté un gros mensonge : elle l’a fait avec le beau gosse de la couverture ou dans son ban avec un canard vibrant son mouflet ?

* Cette semaine dans Flair : notre dossier de couverture “Bien réagir quand votre mec vous apprend qu’il est un batard”.
– “ Je suis un enfant illégitime dit-il d’une voix sourde”
– La belle affaire répondit Sheila, vous y avez survécu, non ?

* De l’influence de la dilatation utérine sur le succès des demandes en mariage

– “Vous pensz que le bébé arrive ? demanda Lisa [L’Infirmière des soins pas très intensifs]
Sheila confirmat d’un battement de paupière.
Mais avant, nous allons nous marier, dit Slade
. »

* Les avantages prophylactiques du bouche à bouche conjugal en salle d’accouchement : a case study

Sheilla se mordilla les lèvres.
Mettons que je dise oui…
A ces mots, Slade l’embrassa à pleine bouche. Surprise, Sheila se laissa faire. Après quoi, toute étourdie, elle reprit son souffle avec difficulté.
 »

* Comment terminer à peu près dignement pareil chapitre :
Ecroulée contre le dossier du fauteuil, Sheila lui fit un signe de la main.
Allez le chercher si vous voulez, murmura -t- elle. Mais je ne promets rien.”

Notez, greffier, elle se marie dans 4 pages, mais, je cite “je ne promets rien”.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :