Deux ou trois choses que je sais de Julie S. grâce à Foursquare

CCTV Heads - d*base

Je ne connais pas Julie S. Je ne connais pas le son de sa voix et à peine l’apparence qu’elle affiche sur un .jpeg noir et blanc. Elle a débarqué dans mes amis-foursquare parce que nous habitons la même ville. Pourtant, grâce à Foursquare, j’en sais des choses sur elle…

Par exemple :

– L’école qu’elle fréquente
– Les arrêts où elle prend les transports en commun
– Le nom de son médecin
– La marque de son ordinateur, l’endroit où elle l’a acheté
– Les loisirs auxquels elle s’adonne
– Elle est passée par un magasin de jouets : petit frère ou soeur, neveu ou nièce, filleul(e) ?
– Elle prend les transports en commun mais elle s’est géolocalisée dans un parking et au contrôle technique : elle aurait son permis ?

En me basant sur tout ça et en supposant que l’envie m’en prenne, je n’aurais aucun mal à deviner là où elle habite sans même devoir espionner son téléphone portable. Comme tous les utilisateurs de Foursquare (et j’en fais partie), Julie S. partage ces informations vo-lon-tai-re-ment…

Etonnant, non ?

Crédit photo : joffley

6 commentaires

  1. C’est l’histoire de ta voisine : elle passe devant chez toi tous les jours, tu la regardes passer. Parfois, elle a des sacs de commissions, du delhaize ou du GB, et tu vois que dépasse une boîte de croquettes pour chats.. tiens elle a un chat !

    Parfois, elle revient d’une virée shopping… tu devines tout des magasins qu’elle a dévalisé, au noms criards sur ses sacs.

    Certains jours, elle court… vite, le bus est là, au bout de la rue…

    Un soir, rentrant tard, tu l’as vue descendre d’un véhicule : un homme au volant : ami, collègue, amoureux ??

    Elle ne t’as jamais adressée la parole, tu soupçonnes qu’elle n’a même jamais remarqué ta présence… tu n’as jamais entendu le son de sa voix… jamais eu la chance de te retrouver dans la file de la boulangerie en même temps qu’elle…

    Etonnant tout ce que l’on peut apprendre de quelqu’un qui semble vivre à quelques pas de chez soi !

    🙂

  2. Tiens ça me rappelle la fois où j’ai déroulé la vie d’une serveuse du Quick, en mangeant le hamburger qu’elle venait de me vendre. Son badge donnait la prénom, le ticket de caisse donnait le nom de famille. Deux coups de Google plus tard j’avais (presque) tout

    Limite flippant.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :