Callipyge

Myriam-Augustine était extrêmement callipyge. Elle avait le plus grand mal à obtenir de ses interlocuteurs qu’ils dessoudent leurs regards de ses fesses, qu’elle avait exceptionnelles.

Pour attirer l’attention sur sa plantureuse personne, Myriam-Augustine s’est inventé une ascendance royale. Elle déambulait dans les allées de son supermarché, une couronne flambant neuve en équilibre précaire sur le chef, lorsque soudain, elle glissa sur une princesse.

« Je suis un haricot» plaida la défense.

Crédit photo : pierrepaul43

Post a Comment

Your email is never published nor shared. Required fields are marked *

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
%d blogueurs aiment cette page :