— et sinon, tu en es où, dans le projet Bradbury ?

Merci de m’avoir posé la question.

Fidèlement, chaque samedi, je rédige ma petite nouvelle. Elles ont même presque toutes un titre. Les nouvelles 25 et 30 ont un statut spécial, on y reviendra.

Côté titres, ça donne ceci :

22 Floraline et le raton laveur
23 Le monocle se parfume à la dynamite
24 La femme de ma vie y est entrée à l’heure fixée par le ministère
25 Le domaine des anges
26 Station Sainctelette
27 J’ai pris Colt avec moi
28 L’aspirateur de table
29 Bonne fête, Patrick
30 (sans titre)
31 Taillé d’un seul bloc
32 à rendre Cartier-Bresson jaloux
33 L’auberge du chien mouillé

Côté texte :

Tout le cirque de la multipublication sur Wattpad, Scribay, en epub, en PDF, de la couverture arrive au moment àù j’ai mis toute mon énergie dans la nouvelle. J’ai fini par m’en lasser.

Est-ce que la vox populi réclame un des titres mentionnés plus haut ? Pas les 25 et 30, j’y arrive dans le paragraphe suivant.

Parmi ces nouvelles, il y a la 25 et 30. Ce sont deux sorties de plume sans gravité. J’ai rippé du clavier, j’ai dérapé de la logique narrative. Ce sont des phrases qui chacunes prises séparément est très bien mais narrativement, on dérape dans le décor. Aussi… Je me suis dit pourquoi ne pas open-sourcer ces nouvelles ? Les voilà donc sur GitHub. Elles sont copyleft, open-source, tout ce que tu veux.

Je demande une seule chose si quelqu’un en fait quelque chose : être cité quelque part. C’est tout.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :