L’année des bouchons d’oreille en titane

L’année des bouchons d’oreille en titane. L’année de scriptor.pro (et de Let’s Encrypt). L’année où une brunchetaria a ouvert vraiment pas loin de chez moi. L’année où j’ai arrêter de taquiner les oursins En-face-de-chez-Smart. L’année du pain au levain et du levain cuvée Oregon 1867. L’année où Orange m’ayant menacé d’une invitation à aller voir Valérian, je suis retourné chez Mobile Vikings. L’été où je me suis mis au melon. L’année du Bullet Journal. L’année où mon siège de bureau a repris de la hauteur. L’année du télévangéliste, des maoistes et des anarchistes. L’année du Malgache qui a cordé sa guitare à l’envers. L’année du pneu (salaud de pneu !) qui était surtout l’année de l’enclure. L’année de « Bruges » et du Niveau Seize. L’année où j’ai pas été en Suède. L’année où j’ai calculé mon espérance de vie (et déduit neuf années du résultat). L’année du calcul rénal et de son grand frère. L’année où Eric Zemmour a répondu à mon mail. L’année du Cinq-heures-moins dix à Ottignies. L’année où j’ai beaucoup commencé mais fini juste une fiction, une nouvelle encore bien alias l’année où j’ai passé du temps sur Katusha. L’année où Sister Géraldine s’est abstraite de mon radar. L’année des lunettes, du hockey en vélo sur toit et du scoopeke STIB. L’année de l’édition « seringue » de ma GDPA (Grosse Déprime de Printemps Annuelle). L’année où je me suis fait ‘pnotiser. L’année du galet porte-bonheur. L’année des cartes de visite. L’année des feutres Rotring. L’année du tableau de bord. L’année du tally counter.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *