C’est le Bronx dans mes bronches et c’est de ma faute

Unsplash - Samuel Zelle

— Vous faites de l’asthme.

Boum : voilà pourquoi ces temps-ci j’étais vite essoufflé. Je fais partie de la tribu des asthmatiques. Je découvre qu’on peut devenir asthmatique et non pas l’être de naissance.

La généraliste n’a pas été surprise en tombant sur mon cas. Moi, en revanche je suis tombé dans l’escalier.

C’est le Bronx dans mes bronches. Ça joue des coudes dans mes alvéoles. Il y a les jours zéro Ventolin et les jours comme aujourd’hui où j’ai l’impression d’avoir un nouveau-né greffé sur le sternum et que je soulève ses quelques kilos à chaque respiration.

J’ai conduit une voiture (plus maintenant). J’ai pris l’avion. J’ai participé — depuis le fond de la classe — à l’émission de particules fines qui me reviennent dans les bronchioles façon boomerang. C’est le Bronx dans mes bronches et c’est de ma faute.

Post a Comment

Your email is never published nor shared. Required fields are marked *

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
%d blogueurs aiment cette page :