“Whenever in doubt tell the truth : you will not be believed”.

J’ai tout fait pour que mon post d’hier passe pour un poisson d’avril. C’est fou ce que, employés à la bonne date, les mots “aujourd’hui, enfin, incroyable, poisson et avril” peuvent être efficaces.

Seulement voilà, il s’agissait d’un poisson d’avril inversé : la vérité vraie que se déguise en blague.

J’ai bel et bien reçu des rations de survie pour 28 jours, ceci est bel et bien mon frigo. La thérapie de groupe a lieu sur mincealors.skynetblog.be

mince alors !

Maintenant si on pouvait voter une loi interdisant la publicité alimentaire dans les prochaines semaines, ça me rendrait service…

Forcément : ça va arriver…

Attention : possibilité d’épidémie langagière en fin d’après-midi.

Le mot « forcément » peut – forcément – se mettre à toutes les sauces, s’utiliser à tort et à travers, saupoudrer n’importe quelle phrase, un peu comme la neige artificielle en période de Noël (forcément).

Ce mot ne veut pas forcément dire grand’chose alors forcément, il n’y a aucune raison de se gêner.

« Pas forcément » c’est une façon élégante de ni oui ni non ni peut-être. On se demande forcément ce qui empêche le mot « forcément » de devenir cool, branché, bath, bref, de devenir le nouveau « tout à fait ». Dans une époque où la force quitte peu à peu le monde occidental pour aller construire des grattes-ciel à Shangaï, le wishful thinking va forcément pousser à répandre cette notion de force (forcément en train de se perdre) sur toutes les formes de discours.

Forcément, ça va arriver…

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!