dans Non classé

Willy Ronis


Un grand shout-out à Willy Ronis, un photographe (cuvée 1910) de l’école des Doisneau et Cartier-Bresson qui présente par rapport à eux la caractéristique d’être toujours vivant.

Si seulement ce virtuose de l’obturateur avait été à côté de moi hier soir pour m’aider à capturer sur carte-mémoire le spectacle des flocons de neige, éclairés par les réverbères bruxellois…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.