dans autobio

Cent mots tout juste – 25 novembre 2002

Cinq du mat debout, ça me fait déjà une demi-journée à neuf heures. Je pourrais m’y habituer si je n’étais pas dans ce brouillard anti-sommeil (tu perds ton sang-froid). Avec ou sans caféine, j’enfile les tasses. Soudain, surprise, Salvador débarque, jardin entêtant en tête. Dans mon mail c’est l’avalanche noire. Toutes les entités commerciales qui ont mon adreses mail pensent que j’ai une débordante envie d’acheter. Pitichat a des croûtes éternelles. Je vais devoir trouver un vétérinaire sympathique. J’ai vu (et filmé) des gamins faire les cons avec une bouteille de Colruyt-Cola. Les hormones sont impitoyables avec les pauvres mortels.

Ecrire un Commentaire

Commenter